Service de décoration et conseils 06 22 33 53 09

Livraison gants blancs avec assurance incluse, en France et à l’international

Tous nos meubles sont réalisés sur mesure pour vous par des artisans d’art

Collection

Portraits

Journal

Private Styling

FavoriteLoadingAdd to favorites
Actualités

Charles Zana

The Invisible Collection présente une sélection de meubles créés par la grand architecte Charles Zana. A l’occasion de la signature de son livre « Intérieurs » il commente pour nous quelques images choisies de son travail.

Maître dans la création d’atmosphères, le grand architecte Charles Zana aime travailler dans la sobriété des lignes, pour mieux mettre en valeur l’élégance fluide qui enveloppe les intérieurs qu’il signe. Architecte avant tout, il adore jouer avec les volumes et les espaces, « sortir des frontières » dit-il, en citant Ettore Sottsass. C’est avec le même esprit d’architecte qu’il crée des meubles sur mesure, pensés pour habiter harmonieusement l’espace : objets de décoration et de convivialité à la beauté intemporelle.

Son travail exceptionnel fait l’objet d’une riche monographie intitulée, tout simplement, « Intérieurs », et éditée par Rizzoli. Dans ce beau volume, destiné à devenir le must des coffee-table books, on y découvre des endroits uniques, aux architectures souvent anciennes, dans lesquels Zana a apporté son regard cultivé, son style contemporain, sa maitrise des couleurs. A l’occasion de la présentation et de la signature de son livre chez Phillips à Londres, nous avons demandé à Charles Zana de bien vouloir choisir quelques images emblématiques de son travail et de les commenter pour nous.

 

1. Cette installation, quai de la Tournelle, a été conçue pour l’édition 2013 de l’exposition AD Intérieurs. Cela a été un moment important pour moi, parce que je me suis aperçu de l’émotion et de la sensibilité qu’on pouvait créer à travers un décor.  J’ai aussi réalisé que, ce que je préfère dans mon métier, c’est une intervention contemporaine dans un décor ancien.  Ici j’ai dessiné un canapé et des consoles que j’ai mixés avec des œuvres d’autres designers. Puis la touche aux fenêtres : des rideaux en dégradé qui partaient du sol. Dans cette exposition j’ai beaucoup aimé travailler sur la notion de convivialité : c’est une cuisine et un salon à la fois, c’est quelque chose qui me ressemble beaucoup, cette façon de recevoir… Je cite souvent Sottsass, sa capacité à sortir des frontières, là pour moi c’est un moment clé où j’ai vraiment sorti la cuisine et le salons pour les réunir, ce n’est plus une cuisine dans un salon, c’est un salon dans la cuisine

 

2. Ah… Venise ! Forcément Venise… Un palais vénitien pour un collectionneur d’art…  J’aime cette photo qui coupe les tableaux. En fait, ici, dans ce lieu chargé d’histoire, je suis parti d’un travail sur l’architecture vénitienne – très, très classique-, en prenant bien garde de ne pas tomber dans le cliché du stucco !  Alors, je n’ai gardé que les très jolies portes en noyer et les encadrements en pierre, et on a fait décaper les anciens stucchiet les anciens terrazzo. On a retrouvé des motifs et des couleurs fantastiques sur ces sols du XVII ! J’ai préféré garder les terrazzo originaux partout jusqu’à dans la salle de bain, même si certains étaient légèrement fissurés, ou abimés. Dans ce palazzo, évidemment, tous les plafonds ont des fresques, et nous sommes partis de ces fresques pour choisir les palettes de couleur de chaque pièce. Par exemple, le vert du mur s’inspire de celui de la tenue de combat d’un personnage de la fresque au dessus… Cela est devenu comme un jeu, mon jeu : toutes les couleurs utilisées devaient se trouver dans la fresque du plafond. J’ai aussi dessiné un canapé spécialement pour ce lieu, et sa couleur brique rappelle les codes vénitiens… mon autre geste très vénitien : fabriquer les rideaux dans les mêmes tissus que ceux des murs en les travaillant ton sur ton.  Ils sont sur mesure, les imprimés étant une reproduction d’anciens motifs typiques de certains tissus vénitiens du passé.

 

3. Voici l’entré d’un appartement très classique, très français, très haussmannien… rempli d’une très jolie collection d’art et de design. Alors, la première chose que nous avons faite pour le déclassifier, a été de peindre tous les parquets en noir. Dans les appartements parisiens, on trouve souvent ces parquets jaunes… et nous avons peint le parquet en noir, et le plafond de l’entrée aussi, en noir ! Ce qui pouvait sembler un peu une folie, au départ… Ce que j’aime toujours par dessus tout, c’est de garder des éléments anciens et de les moderniser… de respecter l’empreinte ancienne, mais d’arriver à travailler avec le contemporain. On a cassé des murs, ouvert des espaces, on a fait un grand canapé rond avec toujours cette idée de convivialité : nous ne sommes pas dans une galerie d’art, même s’il y a beaucoup d’œuvres et d’objets, nous sommes dans un espace à vivre.

 

4. Cette salle de bain est un bon exemple de ce que j’aime, parce que c’est une pièce à vivre… Nous avons utilisé du travertin, un matériau pour lequel j’ai un amour profond. La baignoire sculptée, le meuble et les tabourets « Nomad » que j’ai dessinés, tout est en travertin. Puis j’ai ajouté d’autres objets que j’aime : des lampes du designer italien Ignazio Gardella, une sculpture au mur de Thomas Houseago… C’est une salle de bain mais c’est une pièce à vivre !

CONTACT
×

CONTACT

Veuillez nous indiquer votre question et vos coordonnées, et nous vous répondrons dans les plus brefs délais.


Prénom*

Nom*

Email*

Message

×

PARTAGER À UN AMI

Pour faire découvrir cet article à un ami.









×
JOIN THE CLUB

Pays
En vous inscrivant à cette newsletter vous acceptez
les conditions générales et la Politique de confidentialité.
*Champs obligatoires.
Vous pourrez vous désinscrire à tout moment.