Matteo Cibic

HoT - History of things

Matteo Cibic

Quand on aime un objet, on veut connaître son histoire… une histoire racontée par son créateur en personne : MATTEO CIBIC et sa collection HOMAGE.

Pour comprendre l’histoire de la série Homage, je dois vous raconter l’une des farces les plus drôles et les plus audacieuses jamais faites en Italie par un groupe de jeunes. Ça s’est passé à Livourne, une ville toscane au bord de la mer, où est né Amedeo Modigliani. Ce grand artiste n’a jamais été aimé ni compris par ses concitoyens, son œuvre critiquée et moquée jusqu’au jour de son départ pour Paris où il est mort en 1920. Selon la légende, avant de partir, il a jeté ses sculptures – de belles têtes élongées inspirées de l’art africain – dans l’un des canaux de la ville. En 1984, le Musée d’Art Contemporain de Livourne décide d’organiser une exposition de sculptures de Modigliani, avec un twist com : afin d’attire la curiosité du public ils ressortent la légende des ” têtes perdues de Modigliani “, et lancent une véritable opération de fouilles des canaux de la ville avec l’aide financière de l’administration locale. Le drainage des canaux dure un certain temps, jusqu’à -Euréka ! – une sculpture est remontée du fond boueux des eaux…

Puis, quelques jours plus tard, deux autres têtes ! Le monde de l’art est en fibrillation : les équipes télé du monde entier volent à Livourne pour documenter le miracle, tous les critiques d’art renommés confirment que c’est bien l’œuvre perdue de Modigliani…

Cependant, après un mois de bonheur, trois étudiants de la ville contactent la presse locale en prétendant avoir sculpté l’une des trois têtes dans leur jardin, et ils peuvent le prouver : ils se sont filmés en train de travailler le bois avec des outils de base. Comme si cela ne suffisait pas, peu de temps après, une autre personne, un sculpteur local, se manifeste à son tour et dit être l’auteur des deux autres têtes…. Je suppose que Modigliani aurait adoré cette histoire, et le fait que les critiques d’art peuvent, sans aucun doute, se tromper…

Cette anecdote est un exemple parfait du sens de l’humour inégalé des gens de Toscane, toujours aussi ironique et vraiment malin! L’autre chose que j’adore en Toscane, ce sont les carrières et le fameux marbre de Carrare. Ainsi, lorsque j’ai commencé cette collection et que je l’ai appelée Homage, je pensais vraiment à trois choses : rendre hommage au sens de l’humour toscan, souligner l’importance du beau marbre de Carrare dans l’histoire de l’art, rendre hommage aux quelques artisans qui maîtrisent encore l’art difficile de la sculpture sur marbre. Quant aux noms que j’ai donnés à chaque œuvre, j’ai utilisé les noms de certains des célèbres sculpteurs de marbre de la région… ma salutation personnelle à leurs compétences exceptionnelles.

Maintenant vous savez pourquoi j’ai appelé cette collection Homage : c’est un véritable hommage à tout ce qui m’inspire.