Fauteuil conversation detoureFAUTEUIL – VINCENT DARRE HD_previewFauteuil_Conversation171024_THE_INVISIBLE_COLLECTION3252171005_THEINVISIBLECOLLECTION3529IN_SITU_VISAVIS_DARRE4Picture1
Vincent Darré

Fauteuil Conversation

3 620

L 66 x l 67 x H 132 cm

Pieds et structure en noyer recouverts d’un tissu en laine Kvadrat

Choisissez votre couleur ci-dessous

 

Fabrication artisanale

Délais de fabrication : 6 semaines

 

Veuillez nous contacter pour recevoir des échantillons de tissu ou découvrir la collection à Paris ou à Londres

Effacer
+44 (0)7 340 002 928, +33 (0)6 22 33 53 09
contact@theinvisiblecollection.com
VOUS ÊTES UN PROFESSIONNEL ? CRÉEZ UN COMPTE POUR CONNAÎTRE LES CONDITIONS COMMERCIALES QUI VOUS SONT RÉSERVÉES

Description du produit

Comme les chats, Vincent Darré a eu plusieurs vies, glissant de la mode à la déco, faisant de ses maisons le laboratoire de son extravagante créativité. On le dit fantasque et baroque, Vincent est surtout libre et délicat, avec une allure de dandy inoubliable.

En exclusivité, la Maison Darré a confié à The Invisible Collection une collection complète de ses meubles iconiques :

« J’ai dessiné les assises conversation dans une divagation sur Salvador Dali. Il avait peint deux tableaux, les réminiscences archéologiques de l’Angelus de Millet. Encadrés d’une corniche baroque, suivant les silhouettes des deux personnages. Cecil Beaton avait immortalisé le couple mythique Gala et Dali tenant les deux tableaux, la photo devenant une perspective à l’infini. De ces ombres découpées, j’ai imaginé des sofas, fauteuils, chaises aux couleurs vives conversant dans un salon surréaliste. »

Vincent Darré

Vincent Darré

Comme les chats, il a eu plusieurs vies, glissant de la mode à la déco, faisant de ses maisons le laboratoire de son extravagante créativité. On le dit fantasque et baroque, Vincent Darré est surtout libre et agile. Sans doute son côté James Thierré, dont il a la mèche et la tonicité ainsi que cette allure de dandy. L'un des fils conducteurs de son travail est sa mémoire, ses souvenirs d'enfance. Lorsque sa mère l'emmène voyager en Italie, il découvre le baroque et ses références fantasmagoriques, le regard des monstres Bomarzo et des fontaines grotesques de la Villa Lante. Ces jardins oubliés par la modernité, les survivants d'une légende païenne, riches de symboles irrationnels et de folies, l'ont hanté depuis.

Découvrir l'artiste